ARE, ACRE, ARCE, NACRE : des financements possibles pour les créateurs d’entreprise
Gérer sa micro-entreprise en 2019

ARE, ACRE, ARCE, NACRE : des financements possibles pour les créateurs d’entreprise

Vous êtes demandeur d’emploi, vous souhaitez créer ou reprendre une entreprise ? Vous avez peut-être déjà entendu parler de ces acronymes qui représentent des aides ou des prêts. Mais c’est difficile de les distinguer ! Faisons le point.

L’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE)

Également connue sous le nom de « allocation chômage », l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE)  est un revenu de remplacement versé par Pôle emploi, sous certaines conditions, aux personnes inscrites comme demandeurs d’emploi et involontairement privés d’emploi. La durée de l’ARE dépend de la durée d’emploi du demandeur avant la fin de son contrat de travail.

L’aide aux chômeurs créateurs repreneurs d’entreprise (ACRE)

Depuis le 1er janvier 2019, l’ACCRE (aide aux demandeurs d’emploi créant ou reprenant une entreprise) est devenue l’ACRE (aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise). Tous les créateurs et repreneurs d’entreprise peuvent bénéficier le dispositif d’exonération de charges sociales pendant un an, sous condition de revenus (3 ans pour les micro-entrepreneurs).

L’ARCE, pour recevoir ses allocations chômage sous forme de capital

L’ARCE consiste à recevoir ses allocations chômage sous forme de capital. Son montant est égal à 45 % du montant des droits à l’ARE restant à verser lors du début de l’activité. Elle est attribuée par Pôle emploi et concerne les demandeurs d’emploi qui bénéficient de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) et qui ont obtenu l’aide aux demandeurs d’emploi créant ou reprenant une entreprise (ACRE).

L’accompagnement à la création ou à la reprise d’entreprise anciennement NACRE

Depuis le 1er janvier 2017, l’accompagnement à la création ou à la reprise d’entreprise, connu sous l’appellation de parcours NACRE, est une compétence dévolue aux régions. Les personnes sans emploi ou rencontrant des difficultés d’insertion professionnelle peuvent bénéficier d’un accompagnement pour démarrer, financer et développer leur entreprise. Dans le cadre d’un financement, un prêt à 0% peut être accordé au créateur ou repreneur sous certaines conditions.